Wednesday 29 Jun 2022

L’alumnus Charles Larson reçoit le prix Michel Nançoz

Est-il possible que Sisyphe, ce personnage mythique condamné à une éternité de travail inutile, soit en réalité heureux ? C’est là le sujet de la fervente plaidoirie que Charles Larson (La Châtaigneraie, 2013) a prononcée le 21 septembre 2021 à l’occasion du Concours d'art oratoire Michel Nançoz. Cette compétition à lieu chaque année pour les jeunes avocats du barreau de Genève.

Charles Larson
Photo: Bettina Jacot-Descombes

Pour Charles, si certains aspects de notre société moderne, avec son fameux “métro, boulot, dodo” et ses injustices, s’apparentent au mythe de Sisyphe, il n’en faut pas moins s’efforcer d’atteindre le bonheur. Dans son discours, Charles a fait plusieures allusions au mariage entre personnes du même sexe et au combat de la communauté LGBTQI+ pour l’égalité des droits. Sa plaidoirie, de même que la vivacité d’esprit avec laquelle il a répondu aux questions de l’illustre jury, a valu à Charles le titre de “meilleur plaideur”. 

Tout en se préparant à décrocher le titre d’orateur le plus éloquent et le plus convaincant devant un auditoire de 800 avocats, Charles a converti sa plaidoirie en actions concrètes en faveur de la redéfinition du mariage en Suisse. Engagé comme volontaire pour soutenir le “Comité national Mariage civil pour toutes et tous”, il a mis son talent pour la persuasion au service de la section genevoise du comité à travers des actions de marketing digital et l’organisation d’événements. Les efforts entrepris au niveau légal et sur le terrain ont payé : lors du référendum en septembre 2021, près de deux tiers des votants ont accepté l’introduction du mariage entre personnes du même sexe. 

Malgré sa confiance quant à l'issue du scrutin, Charles s’est senti “fou de joie” en voyant “la carte fédérale se couvrir de vert”. Derrière ce moment historique pour les droits des LGBTQI+ et la justice sociale, il n’est pas surprenant de trouver un écolintien se battant aux premières lignes pour l’égalité.


Cet article a été initialement publié dans le numéro hiver 2022 du magazine Echo.

Share this article