Monday 05 Oct 2020

Quand l’Ecolint passe au virtuel

"Nos élèves sont la raison d’être de l’Ecolint. Si leur apprentissage est perturbé ou s’il y a des risques pour leur bien-être ou celui de ceux qui leur prodiguent un enseignement ou prennent soin d’eux, nous devons agir". Tels ont été les mots de David Hawley, Directeur-général de l’Ecolint quelques heures avant l’annonce par le Conseil fédéral suisse de la fermeture de toutes les écoles en Suisse à cause des risques liés à la Covid-19. En cette date peu propice que fut le vendredi 13 mars 2020 et pour la première fois dans l’histoire de l’Ecolint, La Grande Boissière, La Châtaigneraie et le Campus des Nations ont dû fermer leurs portes, rejoignant ainsi des milliers d’autres écoles à travers le monde. Aussi funeste et historique que pu paraître le moment, peu étaient ceux qui savaient que le passage d’un enseignement en classe à un enseignement en ligne avait été en préparation depuis quelques temps déjà.

Depuis février, l’Ecolint s’était préparée et réorganisée afin de former tous ses enseignants, assistants de classe, libraires et autre personnel enseignant aux outils pédagogiques qui seraient utilisés en cas d’enseignement à distance. Ainsi, quand la décision difficile mais nécessaire de fermer les écoles fut prise, tous les employés étaient prêts et équipés à continuer leur mission pédagogique auprès de leurs élèves. "Pour certains enseignants, découvrir de nouveaux outils informatiques et apprendre à les maîtriser a été un défi", explique Christine Paul, Technology for Learning Coordinator à l'école primaire de La Grande Boissère, tout comme l'était "le manque de contact direct avec les collègues, malgré les nombreuses téléconférences organisées tout au long de la semaine". 

Le passage à l'apprentissage en ligne 
Un des principes directeurs du passage à l'apprentissage en ligne était que personne ne serait laissé pour compte et que tous les élèves, qu'ils soient en petite enfance, à l’école primaire, moyenne ou secondaire, continueraient à recevoir une éducation de haute qualité, enrichissante et complète. "À l'école primaire, nous avons utilisé la plateforme Seesaw pour communiquer et partager le travail avec les enfants. Chaque matin, l'enseignant de la classe partageait le plan de travail hebdomadaire et quotidien, qui comprenait la liste des activités de la journée, les noms des enseignants responsables de chaque activité et les liens nécessaires. Le matin, les professeurs étaient disponibles pour aider les enfants, et l'après-midi, des enseignants spécialisés prenaient le relais", explique Christine Paul, qui souligne également le rôle important que les parents ont joué en s'assurant que leurs enfants étaient correctement installés pour continuer les cours à la maison. En effet, l'un des aspects positifs de la fermeture des écoles a été un partenariat renouvelé et renforcé entre les enseignants et les parents, qui ont dû travailler en étroite collaboration pendant cette période. 

Y1 student learning from home
L'élève de primaire Emily à son poste d'apprentissage à la maison

Grâce aux préparatifs entrepris bien avant la fermeture des écoles et au travail d'équipe entre les enseignants et les parents, les élèves de l'Ecolint ont pu continuer à apprendre et à progresser dans leurs programmes, quelle que soit la matière. Même les cours pratiques comme l’art ou l’éducation physique ont continué, avec des propositions d'exercices, à la fois artistiques et sportifs, qui pouvaient être faits en famille. Pour de nombreux élèves, cette situation leur a permis de développer leur autonomie et leur capacité à trouver des solutions aux problèmes posés par leurs professeurs. Pour les enseignants, le fait de réaliser encore plus l'importance de penser comme un élève a été la clé pour donner des instructions claires qui peuvent être comprises et exécutées de manière indépendante. 

Parmi les nombreuses leçons apprises par les élèves, les enseignants et les parents, il est devenu évident à tous que la culture numérique est cruciale pour l'avenir. "Penser que l'on peut protéger les enfants des écrans à la maison en ne leur donnant accès à aucune technologie signifie qu'ils sont désavantagés dans des situations comme celle que nous vivons actuellement", poursuit Christine Paul. Si la technologie a certainement apporté une solution immédiate au dilemme de l'enseignement à distance, Christine Paul et la Professeure Karen Taylor, directrice de l'éducation à l'Ecolint, s'accordent à dire que le monde virtuel ne peut être qu'une solution partielle. 


Les enseignants de l'Ecolint ont continué à donner les cours pratiques comme l'art

Une leçon apprise en-ligne
"Nos objectifs d’apprentissage ont changé",  explique Karen Taylor. "Avec la fermeture de l’école, nous avons dû réfléchir aux différentes manières qu’apprennent les enfants : par le silence, l’ennui, l’inactivité, en plus de ce qu’ils apprennent au travers de diverses plateformes en-ligne et d’activités créatives proposées par leurs instructeurs. Si nous parvenons à montrer aux parents combien un enfant peut développer sa créativité et sa résilience pendant des moments non-structurés, nous aurons bien progressé dans la compréhension d’une éducation qui ne se limite pas à ce qui se passe dans une salle de classe, qu’elle soit physique ou virtuelle".

Christine Paul ajoute la nature irremplaçable d’une éducation en présentiel car c’est grâce à une interaction face-à-face que se développent l’empathie, l’optimisme, la solidarité et la collaboration, au travers d’échanges comme le rire ou l’appréciation toute simple de relations humaines "normales". Début mai, les campus de l’Ecolint ont ré-ouvert après presque deux mois d’apprentissage en ligne, avec un retour échelonné pour l’école primaire et une partie de l’école secondaire. "Lorsque les enfants sont revenus à l’école, leurs enseignants les ont trouvés bien plus autonomes, et plus disposés à utiliser la technologie pour leur apprentissage", précise Christine Paul. "Nous nous sommes rendu compte que l’utilisation de nouveaux outils pendant le confinement, tel que Google Meet pour les cours de langue, a permis à certains élèves de participer beaucoup plus activement aux cours, parce qu’ils se retrouvaient en groupes plus petits que quand la classe était au complet à l’école". Plusieurs de nos élèves ont démontré qu’une crise peut aussi porter ses fruits : la possibilité et l’opportunité de s’adapter et d’apprendre en utilisant de nouvelles méthodes de travail. Ceci a beaucoup fait réfléchir nos équipes pédagogiques, notamment sur l’enseignement et les pratiques d’apprentissage. 


L'apprentissage à distance a permis aux élèves de développer leur autonomie et d'apprendre à utiliser la technologie pour leur apprentissage

Quelques mois seulement se sont écoulés depuis l’apparition de la Covid-19, mais le monde a changé de manière drastique depuis. A l’Ecolint, nous avons mis en place de nouveaux processus d’apprentissage, nous avons développé des nouvelles compétences, et nous avons adopté des habitudes sociales différentes. Les campus ont fermé, puis réouvert, avec de nouvelles directives qui guident la vie quotidienne de notre communauté scolaire. Au travers de son offre en-ligne, l’Ecolint a continué d’opérer et a maintenu son engagement à pourvoir une excellente éducation à tous ses élèves. Malgré ces temps difficiles, l’Ecolint est déterminée à saisir cette opportunité historique afin de réfléchir différemment sur l’éducation, bien au-delà de la crise actuelle et loin de dans le futur.  


Cet article a d'abord été publié dans l'édition été 2020 du magazine Echo

Share this article