Friday 15 Mar 2019

Pas de planète B : Les élèves de l’Ecolint marchent pour le climat

Cette semaine, c’est un bouillonnement d’activité qui a animé chacun des campus de l’Ecolint, en prévision de la première grève mondiale contre le changement climatique, baptisée Fridays for Future, et inspirée par la jeune activiste suédoise Greta Thunberg. Des ventes de bouteilles réutilisables à La Grande Boissière à l’organisation de manifestations au Campus des Nations et à La Châtaigneraie, en passant par la participation à la marche aux côtés de leurs pairs genevois dans le cadre des manifestations qui secouent la Suisse à l’échelle nationale, les élèves de l’Ecolint ont joint leurs voix aux millions de personnes à travers le monde pour dénoncer l’inaction des gouvernements face au changement climatique.

Dans un discours émouvant à ses camarades d’école, Antoine Delarue, élève de classe 12 à La Châtaigneraie, a résumé le message que souhaitent transmettre les élèves de l’Ecolint au monde.


Bonjour à tous,

Je tiens à vous remercier pour votre présence et votre soutien à cette cause si importante. 

Le but de cette grève est de sensibiliser et d’augmenter la pression sur les gouvernements et la société pour qu’ils agissent pour combattre et réduire le changement climatique.

J’ai reçu de nombreuses questions sur ce que nous essayons d’accomplir ici aujourd’hui. Pourquoi cette grève sur le climat aura-t-elle un effet sur les gouvernements ? Pourquoi faisons-nous une grève contre l’école, alors que celle-ci l’a autorisé et elle se produit sur le campus ? Comment va-t-elle augmenter la pression sur les gouvernements pour qu’ils agissent ? Il s’agit là de questions légitimes auxquelles j’ai des réponses légitimes. 

Le but d’une grève scolaire est de produire un effet sur les gouvernements locaux et fédéraux qui gèrent l’école. En tant qu’école internationale privée, nous avons peu d’effet sur ceux-ci. Par conséquent, de faire la grève contre cette école n’aura pas d’impact important sur les gouvernements vaudois et suisse.

Notre impact va bien au-delà de celui de cette école, du canton de Vaud ou même de la Suisse. Nous sommes l’école internationale la plus ancienne, la plus grande et la plus diversifiée au monde. En tant qu’élèves de l’Ecolint, nous représentons non seulement nos 140 nations et 80 langues, mais bien plus. Nous sommes la communauté internationale, les citoyens du monde. Nous sommes littéralement les enfants du monde entier. Pour cette raison, nous sommes tous dans une position unique qui nous permet d’avoir un impact non seulement sur les gouvernements locaux et fédéraux, mais aussi sur ceux du monde entier. 

Notre manifestation et notre présence aujourd’hui montrent aux dirigeants et aux politiciens du monde entier que les élèves internationaux de la plus grande et plus diverse école de la planète réclament des changements. Nous réclamons des changements sur l’approche actuelle de la lutte contre le changement climatique. Nous exigeons un contrôle plus actif des émissions de CO2 et autres gaz nocifs. Nous demandons à ce que le monde prenne cette crise plus au sérieux, car c’est notre avenir et notre monde qui est en jeu. 

Levez donc vos pancartes, levez vos mains, levez vos voix, et laissez vos pays entendre vos réclamations d’agir dans le meilleur intérêt du monde. Exigez que le monde agisse dans le meilleur intérêt des jeunes, des enfants et de cette belle planète. 

N’oubliez pas qu’en dépit de ce que disent certains politiciens et dirigeants, le changement climatique est réel. Et si nous ne prenons pas des mesures maintenant, il sera trop tard. Rappelez-vous : nous n’avons pas de filet de sécurité, et nous n’avons pas la possibilité de faire marche arrière. Il n’y a pas de planète B !

Share this article