Friday 08 Dec 2017

1000 grues en origami pour la paix

Les élèves de l’école primaire de La Châtaigneraie ont participé à un projet collectif de pliage de 1000 grues en origami suivant la tradition japonaise du « senbazuru ». Selon la légende japonaise, quiconque plie 1000 grues en papier se verra accorder un vœu par les dieux, ou verra la chance lui sourire éternellement. Au Japon, des chaînes de ces oiseaux sont souvent offertes aux couples de jeunes mariés par des membres de leur famille, ou sont accrochées comme porte-bonheur dans les maisons. Plus récemment, il est devenu habituel de faire un don de senbazuru aux mémoriaux de la paix dans divers temples du Japon, notamment dans la ville d’Hiroshima, qui fut dévastée par la bombe atomique Little Boy (« petit garçon » en français) à la fin de la Seconde Guerre mondiale en août 1945.


Le senbazuru de l'Ecolint pend aux cotés d'autres grues en origami à Hiroshima.

Le temple d’Hiroshima rend également hommage à une « petite fille » du nom de Sadako Sasaki, une survivante qui avait deux ans au moment du bombardement, et qui a malheureusement développé une leucémie causée par les retombées radioactives. Avant de décéder en 1955, alors qu’elle n’avait que douze ans, Sadako a commencé à plier son propre senbazuru dans l’espoir d’obtenir un remède contre sa maladie. Quand sa mort prématurée a mis fin à son projet, avec seulement 644 oiseaux terminées, les camarades de Sadako ont plié 1000 autres oiseaux en son honneur qui ont été enterrés à ses côtés. 

Sadako Sasaki est devenu un nom connu au Japon, et cette petite fille s’est transformée en un symbole des terribles conséquences de la guerre nucléaire. Une statue d’elle tenant une grue a été érigée à sa mémoire en 1958 dans le parc du Mémorial de la paix d’Hiroshima, avec l’inscription suivante : « Ceci est notre cri. Ceci est notre prière. Pour construire la paix dans le monde ». De nombreux enfants et autres individus continuent de fabriquer des senbazuru pour les poser sur le monument d’Hiroshima. Se désintégrant lentement, ces symboles sont un rappel poignant des victimes de la guerre comme Sadako, et le besoin incessant de travailler pour la paix. 

Le projet a été conçu par le bibliothécaire John Kolosowski, ancien résident de longue date du Japon, qui a raconté l’histoire de Sadako aux élèves de La Châtaigneraie, leur a appris à fabriquer des grues en origami et a travaillé avec les enfants et le personnel pour fabriquer les oiseaux. Durant les vacances d’octobre, John a personnellement transporté le senbazuru, fabriqué principalement aux couleurs de l’Ecolint, à Hiroshima, où il est actuellement exposé. Un hommage fier à notre engagement immuable à œuvrer pour la paix, et un triste rappel que nous ne devons jamais oublier. 


John Kolosowski, bibliothécaire à La Châtaigneraie, a personnellement livré le senbazuru à Hiroshima.

Share this article